Les mélodies huchées touvas et ouzbekes : aspects compositionnels et dimension culturelle

Type de publication  Thesis
Auteur(s)  Léotar, F.
Type de mémoire  Thèse de doctorat
Année  2004
Université  Université de Montréal
Ville  Montréal
Nombre de pages  550 p.
Description  

La thèse de compose de deux volumes (résumé fr./angl., 12 chapitres, 6 cartes, tableaux analytiques et récapitulatifs, 124 transcription musicales, 2 CD, traduction en fr. des textes chantés, bibliographie).

Directeur  

Jean-Jacques Nattiez

Jury  

François De Médicis, Monique Desroches, Roberte Hamayon, Regula Qureshi

Résumé  

Cette thèse est destinée à mettre en évidence l’existence d’un modèle commun aux sociétés pastorales turcophones touva (Sibérie) et ouzbèke (Asie centrale) à travers l’analyse de leurs chants destinés aux animaux ou mélodies huchées. Le premier chapitre est consacré à une mise en contexte historique permettant de mieux situer l’ensemble des populations turcophones d’Asie intérieure ou Turks, leurs origines communes et leurs principales migrations. Le chapitre II examine dans quel contexte les bergers et bergères ont recours à la musique pour influencer le comportement animal. Le chapitre III expose les bases méthodologiques à partir desquelles seront menées les analyses des chapitres suivants (la théorie de la tripartition sémiologique, l’analyse paradigmatique, la notion de modèle, le concept de notes structurales, la grammaire générative). Dans les chapitres IV et V, nous établissons la taxinomie du corpus touva, menant à la construction d’un modèle général, et nous procédons à une analyse stylistique et poïétique des pièces regroupées selon le ou la bergère qui les a exécutées. Les chapitres VI et VII reprennent la même démarche, mais appliquée aux mélodies huchées ouzbèkes. Elle permet aussi de faire apparaître le modèle poïétique et les traits stylistiques propres à chaque berger. Dans les chapitres VIII et IX, nous établissons des règles génératives pour le corpus touva puis le corpus ouzbek qui sont ensuite synthétisées dans la construction d’une grammaire générative valable pour les deux corpus (chapitre X). Cette grammaire est aussi testée sur d’autres corpus (Aksënov, Levin). Le chapitre XI étudie la relation entre les données analytiques et les données contextuelles, en montrant que la structure des mélodies huchées est en grande partie indépendante du contexte dans lequel elle est exécutée. Le chapitre XII relie l’autonomie de la structure avérée dans les mélodies huchées (ainsi que dans les répertoires de berceuses, chants de travail, terma ouzbeks) à l’hypothèse selon laquelle elles sont chargées d’un pouvoir symbolique qui renvoie au chamanisme. Au terme de la thèse, nous espérons avoir montré que les mélodies huchées touvas et ouzbèkes sont régies selon un même système et que celui-ci dépasse le cadre contextuel et géographique dans lequel nous l’avons répertorié.